Glacières de Sylans

Please log in or register to like posts.

This complex was used to collect and keep ice blocks from the frozen lake. Then they were shipped across France by train.

Les glacières de Sylans, l’un des plus importants chantiers de glace français du XIXe siècle. Les bâtiments se trouvent au bord du lac de Sylans, situé sur les communes du Poizat et des Neyrolles, dans le département de l’Ain. La récolte de la glace s’effectuait de décembre à mars ou avril, et donnait du travail pour l’hiver à de nombreux agriculteurs de la région. Quand l’épaisseur de la glace sur le lac atteignait une quinzaine de centimètres, le personnel permanent des glacières hissait un drapeau au sommet du plus haut bâtiment et actionnait une corne de brume : ce signal indiquait l’ouverture du chantier et de l’embauche pour le travail de la glace. En 1879, jusqu’à 300 ouvriers travaillaient en deux équipes, de jour et de nuit. Une trentaine de personnes composaient le personnel permanent, chargé de l’entretien des installations, du stockage et de l’expédition de la glace. L’exploitation démarra avec une simple cabane en bois. En 1875, ce bâtiment fut remplacé par un autre, également en bois, mais comprenant une double paroi enfermant paille et sciure pour renforcer l’isolation et prolonger la conservation de la glace. Il fut en service pendant une vingtaine d’années, avant que la Société des Glacières de Paris ne le remplace, entre 1890 et 1910, par 5 immenses entrepôts de pierre de 150 m de long, 30 m de large et 12 m de haut et qui pouvaient entreposer jusqu’à 70 000 m³ de glace. Construites le plus à l’ombre possible, les glacières furent surmontées, en 1905, d’une dalle de béton pour renforcer la conservation de la glace jusqu’à l’été. Au début, les restaurants et cafés des alentours étaient livrés en voiture à cheval et ce service local continua par la suite à se faire par diligence. L’ouverture de la ligne ferroviaire des Carpates en 1882 permis le raccordement des glacières de Sylans au réseau de voie ferrée de la compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée. L’entreprise possédait un quai de chargement et un transbordeur de wagons. Plusieurs voies permettaient aux trains d’accéder à l’intérieur des bâtiments. Deux petites dragues, situées sur des rails de chaque côté de la voie principale, permettaient le chargement des wagons. Ceux-ci étaient couverts d’une toile de jute, puis de 20 cm de paille fraîche, puis de deux autres bâches. Trente à quarante wagons transportant 10 tonnes de glace chacun partaient chaque jour d’été pour alimenter Lyon, Paris, Toulon, Marseille, Genève ou Alger. On estime que sur dix tonnes partant de Sylans, huit tonnes arrivaient à Paris.

Leave a Reply